Choisir son synthé FM (part 2)

Première sélection de synthé FM, sous la barre des 100€ pour les petits budgets.

En guise d’intro je voudrais préciser un point technique important. Pourquoi est-ce que j’accorde tellement d’importance aux envelopes sur les synthés FM : ce sont elles qui permettent réellement de tirer profit de cette synthèse. Et à cet effet il faut qu’elles soient très complètes si l’on veut pouvoir réaliser les sons les plus précis possibles. Je pense notamment à toutes nos musiques modernes ou la synchro joue un rôle capital. On ne fait plus groover nos sons avec des ritournelles (comme dit mon ami nuts lol), mais en faisant groover les sons eux mêmes. C’est donc logique de chercher le maximum de possibilité et de confort en la matière. Les changements de timbres en FM étant souvent drastiques, il ya une différence énorme à avoir une attaque qui fait 1/8ème de temps et une attaque (en ms) qui fait « presque » 1/8ème de temps… Pour l’anecdote : je suis certain que Massive a eu autant de succès grace à son step séquencer programmable et ses formes d’ondes atypiques assez « vowel like » (pour le dubstep et l’electro elles sont très utilisées par exemple). Ce n’est ni plus ni moins qu’une version allégée (en terme de son) de ce qu’on peut faire avec un bon synthé FM et des formes d’onde persos. En fait on peut faire bien mieux je pense, mais il faut des envelopes aussi précises que ce stepseq redoutable… 🙂

BigTick Audio – Rhino 

Site officiel

Ergonomie : 3/5 ∞ Synthèse FM : 4/5 ∞ Rendu FM : 4/5 ∞ Extras : 3/5 ∞ 70€ (99$)

Rhino est d’approche « classique » pour un synthé FM (façon FM8) : une matrice FM sert de base pour patcher 6 oscillos entre eux, avec en bonus deux filtres multimodes comme c’est souvent le cas, ainsi qu’une section effets (de même). Je me sentais déjà en terrain connu, l’approche du synthé est donc très simple. L’ergonomie est le point faible du synthé, même si sur le papier il a tout : envelopes multi segments, synchro au tempo possible, calées sur la grille (sans pouvoir réellement décaler en revanche) réglage de la courbe de chaque segment, matrice pour l’algorithme, filtres, effets bref, complet. Et on dispose de 5 envelopes par oscillo pour d’autres paramètres (fixes : pitch, waveshaper, phase, level et global pitch), plutot cool ! On dispose d’un nombre très limité de modulations par LFO, mais je ne pense pas que ce soit un grand mal sachant que l’on cherche avant tout de bonnes envelopes. Mais la skin, en plus d’être assez laide, n’est pas très précise en général : les potentiomètres et faders sont difficiles à fixer à une valeur précise, les envelopes s’en sortent puisque graphiques mais dans l’absolu on a pas la sensation de confort attendue sur ce type de synthé exigeant en programmation… Je trouve ca très dommageable, d’ou la note rabaissée… Coté son c’est plutôt pas mal du tout : le bas est bien gras, ca alias un peu en haut mais pour le coup ca me dérange moins vu que le bas sonne. Il peut quand même sortir des sons grinçants à souhait, on touche ici une très vaste palette sonore pour ce synthé taillé sur le modèle de FM8. Au passage la banque de son assez conséquente est de bonne qualité pour une fois, j’ai entendu d’excellents presets. En résumé, il ne retient pas mon attention car il me fait penser à un FM8 générique. Un poil plus efficace en terme de possibilités et de son (le bas me semble quand même plus présent sur rhino), un poil moins en terme d’ergonomie (et 120€ moins cher aussi), ce n’est pas suffisant pour justifier l’achat pour un possesseur de FM8. Pour les autres qui hésitaient, en faisant l’effort (surmontable) de l’ergonomie un peu vieillotte, Rhino peut faire un excellent choix le rapport qualité prix étant plutôt très bon et qu’il ne déçoit pas en terme de son.

KV331 – Audio Synthmaster

Site officiel

Ergonomie : 2/5 ∞ Synthèse FM : 2/5 ∞ Rendu FM : 4/5 ∞ Extras : 5/5 ∞ 70€ (99$)

Synthmaster était bien parti pour ravir un titre. Sur le papier il a tout ce que l’on cherche : une architecture hybride : un « vrai » moteur FM couplé à des modules de filtres et d’effets. Par vrai moteur j’entend une synthèse à 6 opérateurs par voie (ou plutôt 2×3 opérateurs)… sauf que… de nombreux petits soucis viennent ternir le tableau. En premier lieu l’ergonomie. Si elle est très bien pensée dans un usage classique, elle se montre peu convaincante pour un fan de FM encore une fois. Les réglages algorithmiques se font via des menus déroulants, et sont limités à des choix très restreints parmi deux modulateurs seulement pour chaque oscillo. Malgré des combinaisons « 1+2 » ou « 1×2 » on ne s’y retrouve pas des masses en terme de possibilités brutes. En outre s’il y a bien deux envelopes multi segments synchronisables au tempo, mais elles sont assez difficiles à utiliser avec plus de 4 segments à cause de la taille de l’écran, de l’absence de calage à la grille et d’information temporelle. Arg! Dommage d’avoir baclé la partie algorithmique, pourtant au coeur de la création du timbre. D’autant plus dommage qu’à coté de cela, les possibilités de synthèse de cet engin sont énormes. 4 types de synthèse + « FM » et phase distortion, tout est routable par presque n’importe quoi (hormis les source audio tels les modulateurs ou les oscillos qui ont leur section) sur 64 points de modulation… Bref, un monstre. Forcément, en embarquant autant de synthèses différentes, c’est d’autant moins dédié à la FM. D’un point de vue sonorité, il se défend franchement très bien. Ca sonne bien, la palette de son est large et on a plaisir à découvrir les bass et les wobbles d’excellente facture de la banque de base (minuscule cependant). Il y a des possibilités FM (via phase distortion), de ringmodulation (ce qu’ils appellent FM), et de modulation d’amplitude (AM) qui sont tous très convaincants (mention à la modulation d’amplitude franchement top). Mais ce synthé m’a laissé un drole de goût dans l’ensemble. Il réunit tous les avantages (y compris les effets de qualité) mais a de cruels manquent en terme d’ergonomie sur les points les plus cruciaux dans notre utilisation courante en FM : les envelopes sont moyennement pratiques à cause de l’absence de calage à la grille et de repère temporel, seulement deux d’entre elles sont multi segments, et surtout, la section algorithmique est chétive et peu pratique (aucune vue globale des différentes modulations FM par exemple, il faut jongler avec les pages d’oscillos/modulateurs pour savoir le dosage respectif – vite galère). C’est assez frustrant car pour le coup la skin est bien réactive et c’est confortable de travailler avec une interface de qualité. Le souci du détail est heureusement présent dans le son mais moins dans les contrôles… Je suis donc assez partagé dans l’ensemble. Convaincu par le son, alléché par l’interface plutôt jolie et réactive, mais déçu encore une fois par les manquent en terme de FM pure et d’ergonomie dans les contrôles des envelopes. C’est un concurrent de Curve (dont on parlera dans un autre article) qui comblera ceux qui cherche un « couteau suisse » intégrant de la FM mais pas les puristes de la FM « complexe et confortable ».

Madrona Labs – Aalto

Ergonomie : 4/5 ∞ Synthèse : 3/5 ∞ Rendu FM : 5/5 ∞ Extras : 1/5 ∞ 70€ (99$)

Aalto est un peu la crème de la crème de la synthèse FM. Son coeur repose sur une synthèse FM à 2 opérateurs seulement, c’est donc tout ce qu’il y a de plus basique, mais complète : l’oscillateur est composé d’un porteur et d’un modulteur. On peu morpher les forme du porteur parmi sine/saw/square et on dispose d’un réglage « ratio » pour la fréquence du modulateur (pratique) et d’un réglage de timbre. Et tout est de grande qualité dans ce synthé, des oscillos sans aliasing aucun produisant une des plus belle FM que j’ai pu entendre au envelopes très claquantes en passant par le filtre au son très détaillé mais puissant (comme j’aime). L’ergonomie est au poil, comme il y a peu de fonctions, tout est clair et on ne manque cependant pas de contrôles. Le tout est abordé de manière modulaire, on cable les modules entre eux, les possibilités sont donc nombreuse et on obtient toute sorte de sons réellement sortis de l’espace. En revanche il pêche par son manque d’oscillos dans tous les sons de pads ou d’ambiance car il est difficile de lui faire « prendre de l’ampleur » tout seul (sauf à utiliser le modulateur comme un oscillo classique et détuner les deux oscillos). C’est donc un synthé à part. Il permet de faire ce qu’aucun autre ne permet de faire : des leads hypaer incisif et détaillés, des sons métalliques sortis de l’espace, des basses d’une chaleur incroyable pour de la FM et j’en passe. Son module de feedback exotique est aussi particulièrement adapté à l’expérimentation et au sound design. En un mot : il comble le fan techniquement, mais ne remplit pas le cahier des charges complètement, raison pour laquelle je ne l’ai pas encore acheté (mais ca viendra forcément lol). Je ne pense pas qu’il sortira un jour une version 6 opérateurs mais bon, on peut rêver… Un must have pour les vrais fans de FM.

Image Line – Toxic Biohazard 3

Ergonomie : 2/5 ∞ Synthèse : 3/5 ∞ Rendu FM : 4/5 ∞ Extras : 2/5 ∞ 70€ (99$)

Et oui, un soft Image Line fait son entrée dans le test, il n’y avait pas de raison de bouder ce monstre en puissance annoncé sans aliasing. J’avais pu tester Sytrus intégré à Fruity Loops, mais jamais Toxic Biohazard et on m’en avais un peu fait la pub, j’étais donc impatient… A première vue point d’envelope programmable ou synchro, dommage  il ne sera donc pas retenu dans ma sélection d’office. En plus ils nous on collé des faders ridiculement petits, pour des valeurs de temps allant de 0.001 à… 50sec! Si si… Mais régler ces segments se révèle aisé, l’interface est lente sur les faibles valeurs, et beaucoup plus grossière en arrivant dans le domaine de la seconde. Précise, mais pas synchro. 6 oscillos, tous accessibles simultanément ça c’est bien par contre. Une matrice de modulation FM pour les patcher, nickel. Des LFO (2) synchro eux, mais fixé l’un au filtre + volume des 6 oscillos (avec amounts séparés qd même), et le 2 idem pour le volume +  pitch global. Et rien vers le pitch des oscillos, carton jaune. C’est suivi d’un seul filtre LP/BP/HP assez moyen dont je suis pas fan du son mais ca reste correct (type NI en fait, en plus rugeux et brut). Mais bon on s’en fout du filtre. Ensuite on a un EQ 8 bandes et 2 effets simutanés, tout juste le package moyen. Et aucune section modulation additionnelle. Bref, du monstre attendu a accouché une belle base mal exploitée. D’autant que le son est quand même au rendez-vous : c’est propre comme FM (bien plus que FM8) en effet le travail sur l’aliasing a payé, j’ai trouvé le rendu dans le haut du spectre franchement pas mal (bien mieux que FM8 encore une fois). Dans le bas du coup c’est moins crade que FM8, on peut donc faire des sons de basse plutôt intéressant et précis. A la différence de FM8, même avec des modulations extrêmes on conserve un timbre toujours assez propre alors que FM8 massacre allègrement tout dès qu’on monte un peu trop haut dans le pitch. Toxic peut sortir des son crades aussi cependant, mais disons qu’il faut le vouloir, il est moins facile de faire partir un son en grincements sauvages par exemple. Mais il a un réel potentiel, c’est indéniable. Après ces tests j’ai écouté les presets de base, qui sont plutôt standards mais pas trop mal. Certains très intéressants, d’autres très basiques ou sans intérêt. En parcourant la bank d’usine, j’ai aussi été frappé par une chose singulière : un grand nombre de presets qui sonnaient « fat » étaient des presets n’utilisant pas ou peu de FM ! Et en y regardant de plus près, je me suis rendu compte que les seuls presets à vraiment utiliser beaucoup de FM étaient les presets de pads et FX. Ceci confirme donc clairement ce que je pensais : malgré ses possibilités intéressantes et un son plutôt atypique, il se cantonne à des presets du type mentionné ci-dessus car il manque de contrôles pour faire des sons de leads ou basses précis. D’autant que comme je le disais, sa FM est de qualité, mais plutôt sage et « contrôlée », surement plus adaptée pour des musiques ou un peu plus de subtilité est de mise. Il est capable de sortir des sons qui tachent quand même soyons clair, et aussi des sons grinçant ou des basses chaudes, mais je n’ai pas trouvé que c’était spécialement son point fort. Les pads sont excellents par contre, avec des envelopes si longues ce n’est pas surprenant ! Et là, la FM détaillée de Toxic prend son ampleur, il y a des sons d’ambiance, pads, FX de toute beauté. Toxic a aussi un sequenceur, mais il est si rebutant que je l’estime quasi inutilisable (d’ailleurs les presets de type « SEQ » ne l’utilise pas le plus souvent : elles utilisent le LFO en mode gate lol). Au final je suis un peu déçu quand même par Toxic Biohazard. Il lui manque des contrôles le travail n’a pas été fait jusqu’au bout selon moi (damned envelopes!) et quelques modulations de plus n’auraient pas fait tache. Il y a un excellent moteur FM, qui sonne pour une fois un peu différent, mais dont j’ai eu du mal à sortir des sons agressifs facilement, surement à cause des traitement anti-aliasing qui rend les modulations extrêmes plus propres. Ca en fait cependant un bon outsider pour des sons plus détaillés, ou pour ceux qui cherchent une usine à nappes plus accessible qu’Absynth par exemple. Je précise aussi que sur mon mac je n’ai pas rencontré de souci, mais ce synthé est Toxic pour le cpu de votre machine d’après des reports d’utilisateurs n’ayant pas une machine très récente.

8 réflexions au sujet de « Choisir son synthé FM (part 2) »

  1. Bah je t’avouerai que je suis un peu un noob sur la théorie, perso je prend Massive et j’additionne les osc en fonction de ce qui marche sans trop savoir si c’est FM, additive ou soustractive, ça serai bien de faire un tuto sur les techniques de synthèse, un truc basique hein mais qui aide a différencier!

  2. Oui bon si on part de l’unison n’importe quel synthé le fait (le pad), c’est plus dans l’esprit qu’il est pas spécialement taillé pour les nappes à mon sens mais ce n’est pas une règle d’or non plus… 🙂

Laisser un commentaire